Malaise et perte de connaissance

Malaise et perte de connaissance: traitement, symptômes et causes

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (2 votes, average: 5.00 out of 5)
Loading...

Le terme « malaise » est peu précis, souvent utilisé par les patients pour désigner une sensation souvent vague et correspondant à de nombreuses pathologies. En effet, ce terme englobe des phénomènes divers tels que « lipothymie », « perte de connaissance complète» ou encore «syncope». Ce phénomène étant le plus souvent bref et spontanément réversible, ce sont essentiellement les données de l’interrogatoire du malade qui orientent le diagnostic.

Examen clinique du patient

L’examen étant souvent réalisé après le « malaise », il est souvent normal. Les données de l’examen vital, réalisé par l’équipe de secours immédiatement appelée lors de la survenue du « malaise », sont souvent d’une grande aide diagnostique et doivent être recherchées.

Interrogatoire

L’interrogatoire du patient et surtout de l’entourage présent au moment du malaise précise les principales caractéristiques :

  • antécédents médicaux (cardiaques, neurologiques, endocriniens, psychiatriques…) ;
  • traitements habituels ;
  • description du malaise (prodromes, présence ou non d’une perte de connaissance, horaire de survenue, facteur déclenchant, durée, morsure de langue, perte d’urines, secousses cloniques, chute traumatique, confusion après l’épisode, pâleur, absence ou irrégularités de pouls, sueurs…).

Examen clinique

Il doit notamment comporter :

  • la mesure de la tension artérielle ;
  • l’examen neurologique ;
  • l’auscultation cardiaque ;
  • la recherche d’une morsure de langue ;
  • une plaie ou un hématome en faveur d’un traumatisme crânien.

Il faut souligner que la notion de perte urinaire n’a aucune spécificité étiologique.

Glycémie

Il s’agit d’un examen informatif s’il est réalisé au décours immédiat d’un malaise (bandelette capillaire au doigt).

Électrocardiogramme

À la recherche de troubles du rythme ou de la conduction cardiaque.

Les autres examens complémentaires (électroencéphalogramme, scanner, échographie cardiaque…) seront prescrits en fonction de l’orientation initiale.

Orientation diagnostique

H faut savoir, quand cela est possible, si la perte de connaissance est réelle, en sachant toutefois que l’absence de perte de connaissance n’est pas sans conséquences. La conduite à tenir devant une lipothymie doit être identique à celle à tenir devant une perte de connaissance complète.

Le choix des examens complémentaires et du traitement, dépend de l’orientation diagnostique qui est résumée dans les tableaux I et II.

Conclusion

Les « malaises » sont un motif fréquent de consultation, ils peuvent relever de nombreuses pathologies, dont certaines mettent en jeu le pronostic vital (syncope d’origine cardiaque, hypoglycémie, crise d’épilepsie). Il est donc important d’en préciser l’étiologie pour mettre en route un traitement adapté.