Lacticodéshydrogénase élevée

Lacticodéshydrogénase élevée: traitement, symptômes et causes

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (4 votes, average: 4.25 out of 5)
Loading...

Conduite pratique devant des ldh sÉriques ÉlevÉes

Avertissement

Deux éléments sont déterminants pour la conduite pratique :

  • la LDH est en grande concentration dans les globules rouges ce qui implique que toute hémolyse induite par le prélèvement peut donner une augmentation artéfactuelle des LDH ;
  • la LDH est ubiquitaire ce qui implique que sa spécificité est médiocre.

Il est donc nécessaire de :

  • faire un nouveau dosage devant la moindre suspicion d’hémolyse induite ;
  • de coupler le dosage de la LDH avec celui d’autres enzymes plus spécifiques d’une origine tissulaire comme les transaminases (ASAT, ALAT) et la créatine phosphokinase (CPK). Idéalement, ces dosages ne seraient pas nécessaires si le dosage des isoenzymes était de pratique courante.

Conduite pratique

La démarche diagnostique s’appuie sur un examen clinique complet qui insistera particulièrement sur :

  • l’examen des organes génitaux externes (cancer du testicule) ;
  • l’examen du coeur : la réalisation d’un électrocardiogramme doit être systématique ;
  • la palpation des aires ganglionnaires (lymphome) ;
  • la recherche d’une néoplasie profonde : altération de l’état général, sueurs, fièvre, etc ;
  • la recherche de signes d’hémolyse.

Démarche étiologique

L’élévation de la LDH sérique résulte d’une augmentation du relargage de la LDH intracellulaire. Cette dernière peut être due, soit à une augmentation du nombre de cellules (toutes les tumeurs), soit à une augmentation de la libération de la LDH par lyse tissulaire (infarctus ou hémolyse).

Origine cardiaque

Infarctus du myocarde : la LDH est élevée avec la CPK (et particulièrement la CPK-MB) et les transaminases. Habituellement la symptomatologie clinique et électrocardiographique permet le diagnostic mais il faut savoir que l’élévation de la LDH commence 10-12 heures après le début, atteint son pic en 48-72 heures et persiste pendant 10-14 jours. L’élévation isolée de la LDH peut donc se voir longtemps après l’infarctus lorsque les autres enzymes sont revenues à la normale.

  • Rhumatisme articulaire aigu et myocardite aiguë sont des causes exceptionnelles.
  • Cardioversion électrique, chirurgie cardiaque.

Origine pulmonaire

Embolie pulmonaire et infarctus pulmonaire : l’élévation de la LDH totale est modérée mais est à connaître.

La plupart des pneumopathies peuvent induire une élévation modérée.

Origine hépatique

Hépatites surtout : les transaminases sont élevées également.

Cirrhose, ictère cholestatique peuvent entraîner des élévations modérées.

Métastases hépatiques.

Origine musculaire

Toute lyse du muscle squelettique peut provoquer une élévation de la LDH. Les autres enzymes musculaires sont également élevées : CPK, transaminases, aldolase. Ne pas oublier que tous les traumatismes musculaires, notamment les injections intramusculaires, peuvent aussi entraîner une lyse.

Origine rénale

Il s’agit surtout de l’infarctus rénal.

Origine hémolytique

Toute hémolyse, quelle que soit son origine, peut induire une élévation des LDH. Les signes cliniques et biologiques d’hémolyse permettent d’évoquer le diagnostic.

Origine tumorale

Toutes les tumeurs malignes peuvent donner une élévation des LDH. Les LDH sont élevées dans environ 50 % des cancers solides, surtout dans les stades avancés, dans 60 % des lymphomes et dans près de 90 % des leucémies aiguës ou chroniques.

Devant une élévation persistante des LDH, après l’élimination rapide des causes non tumorales (cf supra), le praticien doit rechercher un cancer profond.

Conclusion

Malgré une spécificité médiocre, le dosage sérique de la LDH est un examen intéressant qui peut permettre par une enquête rigoureuse de dépister des pathologies diverses. Le praticien doit toujours garder à l’esprit la hantise d’un cancer sous-jacent.

Références

  • Wallach J. Interprétation of diagnostic tests (611). Boston : Littel and Brown 1996