Dysménorrhée

Dysménorrhée: traitement, symptômes et causes

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (2 votes, average: 5.00 out of 5)
Loading...

Clinique

Dysménorrhée essentielle

C’est une algoménorrhée qui touche la jeune fille, après quelques cycles indolores. Il n’y a pas d’antécédent particulier et l’examen clinique est normal.

La douleur est pelvienne, à type de coliques utérines, irradiant dans le dos et les cuisses.

Elle est accompagnée de nausées, vomissements, diarrhées, et quelquefois de lipothymies. Elle signe un cycle ovulatoire. Aucun examen complémentaire ne doit être prescrit.

Dysménorrhée secondaire

Elle survient chez une femme antérieurement bien réglée.

L’interrogatoire doit faire préciser la notion d’une cause déclenchante : pose de dispositif intra-utérin (DIU), avortement, infection génitale, curetage et autres troubles gynécologiques tels qu’une stérilité.

Les signes l’accompagnant seront précisés : ménorragies, oligoménorrhée, dyspareunie profonde.

L’examen clinique doit rechercher des signes en faveur :

  • d’une endométriose : douleur vive à la racine des utérosacrés, utérus rétroversé, fixé ;
  • d’une adénomyose : utérus modérément augmenté de volume et douloureux ;
  • de dystrophie ovarienne : ovaire augmenté de volume et douloureux en seconde partie de cycle.

Causes

Dysménorrhée essentielle

Elle est due à une hypercontractilité utérine essentiellement due à l’action locale des prostaglandines. Chez les patientes dysménor-rhéiques, les prostaglandines ont une production augmentée, une libération anormale et une dégradation diminuée.

Dysménorrhée organique

Les causes les plus fréquentes sont l’endométriose, les infections, les sténoses du col, l’adénomyose, les fibromes intra-utérins, les DIU.

Examens complémentaires

Dysménorrhée essentielle

Aucun examen complémentaire n’est utile.

Dysménorrhée organique

Échographie

Elle permettra de préciser la taille de l’utérus, s’il existe une image intra-utérine, si le DIU est en place, si les ovaires sont dystrophiques.

Hystérosalpingographie

Elle posera le diagnostic d’adénomyose, éliminera un fibrome intracavitaire, recherchera une sténose cervicale.

Cœlioscopie

Elle permettra de poser le diagnostic d’endométriose en précisant la sévérité de l’atteinte.

Dysménorrhée essentielle

Si la patiente souhaite une contraception, il faut lui prescrire une pilule à 30 ^g d’éthinylestradiol. Sinon on aura recours à des antiprostaglandines au moment des douleurs.

Traitement

Dysménorrhée organique

  • Le traitement est celui de la cause : progestatifs antigonadotrope, danazol (Danatrol®) ou analogues de la LH-RH pour l’endométriose.
  • Résection d’un fibrome sous-muqueux.
  • Levée d’une sténose cervicale.
  • Ablation du DIU.

En cas de dysménorrhée organique, il est donc souhaitable d’adresser la patiente à un spécialiste.