Dermatomycoses dues aux moisissures

Dermatomycoses dues aux moisissures: traitement, symptômes et causes

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (2 votes, average: 5.00 out of 5)
Loading...

Elles sont exceptionnelles par rapport aux dermatomycoses dues aux Candida et aux dermatophytes. Les agents responsables sont, soit les Scytalidium, champignons phytopathogènes des régions tropicales et subtropicales, soit des moisissures plus cosmopolites telles que Fusarium, Scopulariopsis, Aspergillus, Penicillium.

Clinique

Les scytalidioses se rencontrent en France presque exclusivement chez des sujets africains, antillais ou asiatiques et se manifestent par des lésions semblables aux dermatophytoses. Les lésions des pieds sont prédominantes (surtout unguéales) par rapport aux mains.

Les autres moisissures présentes dans l’environnement peuvent contaminer de façon transitoire une hyperkératose sous-unguéale, mais aussi s’installer exceptionnellement comme parasite dans une kératine altérée. L’isolement de telles moisissures en culture de prélèvements d’ongles est banal si le prélèvement est trop distal.

Afin d’affirmer la responsabilité d’une moisissure dans une onychomycose, l’examen microscopique direct du prélèvement doit être positif, la culture doit avoir isolé cette moisissure en tous les points d’ensemencement et sans aucun autre dermatophyte associé. Enfin, le prélèvement doit être renouvelé et ces critères doivent être à nouveau remplis.

Traitement

Peu d’antifungiques actifs sur les dermatophytes et les Candida le sont sur les moisissures. Dans notre expérience, l’amphotéricine B (Fungizonet lotion dermique) peut avoir une certaine efficacité.

S’il s’agit d’une leuconychie, un traitement mécanique par grattage de la zone atteinte est envisageable ; si l’atteinte est latérodistale, un traitement par découpage ou avulsion chimique de la zone associée à l’application d’amphotéricine B lotion peut être tenté ; enfin, si la matrice est atteinte, un nettoyage chirurgical suivi de pansements à l’amphotéricine B peut être efficace.

Références

[2] Feuilhade de Chauvin M. Les mycoses en dermatologie (Dossiers du Praticien n° 329). Impact Méd Hebd 1996 ; 06 : 1-22
[3] Ingham E, Cunningham C. Malassezia furfur. J Med Vet Mycol 1993 ; 31 : 265-288
[5] Roberts DT. Oral terbinafine (Lamisilt) in the treatment of fungal infections of the skin and nails. Dermatology 1997 ; 194 (suppl 1) : 37-39