Accident ischémique transitoire

Accident ischémique transitoire: traitement, symptômes et causes

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (2 votes, average: 5.00 out of 5)
Loading...

Il s’agit d’un déficit neurologique d’une durée brève et totalement réversible en rapport avec une perte focale de fonction cérébrale ou oculaire.

C’est un motif fréquent de consultation, mais du fait de son caractère transitoire, le médecin assiste rarement à l’épisode. Ce sont donc essentiellement les données de l’interrogatoire du patient et de son entourage qui orientent le diagnostic étiologique.

La disparition du déficit n’est pas synonyme de bénignité, puisque en fonction de l’étiologie, le risque est l’apparition d’un déficit neurologique persistant ou même la mise en jeu du pronostic vital. Aussi, il est important d’évoquer systématiquement les quatre étiologies les plus fréquentes :

  • hypoglycémie;
  • accident ischémique transitoire ;
  • épilepsie;
  • migraine.

De multiples autres affections peuvent entraîner des symptômes ou des signes neurologiques réversibles en quelques heures, mais le terrain et leurs caractéristiques cliniques permettent en général un diagnostic facile (par exemple maladie de Ménière avec des épisodes de vertiges toujours identiques associés à des signes cochléaires…).

Hypoglycemie

C’est un diagnostic souvent difficile puisque en général le dosage de la glycémie n’est pas effectué au moment de l’épisode déficitaire. Les signes cliniques de l’hypoglycémie sont nombreux, non spécifiques : initialement il s’agit de signes neurovégétatifs, puis de symptômes de neuroglucopénie. Profonde et prolongée, l’hypoglycémie peut être mortelle ou laisser des séquelles neurologiques plus ou moins sévères.

Les épisodes d’hypoglycémie surviennent le plus souvent chez le sujet diabétique traité par insuline ou sulfamides hypoglycémiants.

Accident ischemique transitoire

Le risque de ce déficit neurologique transitoire est à court ou moyen terme l’apparition d’un infarctus cérébral constitué, et à long terme un risque accru d’infarctus du myocarde et un taux moyen de mortalité multiplié par trois.

Il est donc important d’évoquer ce diagnostic chez tous les patients. Les manifestations cliniques permettent de localiser anatomiquement l’accident.

L’enquête étiologique concerne essentiellement la localisation du point de départ de l’embolie artérielle ou cardiaque.

Epilepsie

Les crises d’épilepsie responsables d’un déficit neurologique transitoire sont les crises partielles. Certains éléments caractéristiques sont recherchés lors de l’interrogatoire : présence de clonies, marche jacksonienne pendant les crises motrices ou sensitives, présence d’automatismes, suspension du contact…

Migraine

H s’agit des crises avec aura. Par définition, le déficit neurologique s’installe en quelques minutes (marche migraineuse), il est totalement réversible en moins de 60 minutes et s’associe à des céphalées d’allure migraineuse.

Conclusion

Les déficits neurologiques transitoires sont des motifs fréquents de consultation. Le diagnostic étiologique n’est pas facile, avec souvent plusieurs éventualités possibles (par exemple : un patient diabétique traité peut faire un accident ischémique transitoire, ou un alcoolique épileptique peut faire une hypoglycémie). Il est nécessaire d’hospitaliser le patient à chaque fois que l’étiologie du déficit n’est pas évidente afin que les examens complémentaires et la prise en charge thérapeutique soient effectués rapidement.